Reconquête de la biodiversité : vers la création d’une Agence Régionale de la Biodiversité
Partager

La loi pour la reconquête de la biodiversité, de la nature et des paysages, adoptée le 20 juillet 2016, a introduit la possibilité, pour les régions et l’Agence française de la biodiversité ( entrée en fonction le 1er janvier 2017), de créer conjointement des Agences régionales de la biodiversité. La Région Occitanie / Pyrénées – Méditerranée a organisé le 9 novembre 2016, dans les locaux du Conseil départemental de l’Aude, un 1er séminaire régional de réflexion sur la création d’une Agence régionale de la biodiversité.

En 2017, il s’agira de poursuivre ce travail grâce à une association de préfiguration. Je souhaite conserver la dynamique innovante et participative mise en place. La pluralité des acteurs/trices est un gage de la réussite de notre démarche pour préserver la biodiversité exceptionnelle de notre territoire.

Plus de 160 personnes, parmi lesquelles élu-Es de collectivités territoriales, membres d’associations, représentant-Es de services de l’État et établissements publics, responsables socio-professionnels, représentant-Es du monde de la recherche ont participé aux travaux du séminaire du 9 novembre dernier. La Région engage une dynamique innovante et participative pour reconquérir la biodiversité. Les Agences régionales de la biodiversité permettront, en lien avec l’Agence Française de la Biodiversité, de réunir, mobiliser, innover au profit de la biodiversité

J’ai lors de ce séminaire réaffirmé l’ambition de la Région en matière de préservation de la biodiversité, axe majeur de lutte contre le changement climatique, d’aménagement durable et d’attractivité de nos territoires.

« Ici en Occitanie / Pyrénées-Méditerranée, nous accueillons plus de la moitié des espèces françaises de faune et de flore. L’enjeu biodiversité est fort au regard des pressions exercées sur les écosystèmes et c’est avec le réseau d’acteurs de terrain et opérateurs institutionnels que nous co-construirons la future Agence Régionale de la Biodiversité. Cette Agence sera le lieu de synergies, de créativité, d’incubation de projets pour la préservation de ce patrimoine naturel exceptionnel dont nous avons la responsabilité. Le dialogue initié avec ce séminaire ouvre de réelles opportunités pour faire progresser la prise en compte de la biodiversité par les collectivités, les aménageurs, les entreprises, les agriculteurs et le grand public. Il nous appartient désormais d’initier des actions concrètes, porteuses de solutions environnementales, économiques et sociales ».

Focus : la Biodiversité dans notre Région

La région Occitanie / Pyrénées-Méditerranée dispose d’un patrimoine naturel unique. Notre territoire est vaste et constitué de paysages variés. Situé à un carrefour biogéographique, il établit une connexion majeure entre la péninsule ibérique et le nord de l’Europe. L’Occitanie est un « hot spot » de biodiversité ; le territoire accueille plus de la moitié des espèces françaises de faune et flore.

Cette biodiversité est mise à rude épreuve par la pression qu’exercent l’accroissement de la population et le développement des activités anthropiques. Cette pression historique et naturelle s’est accrue et les fonctions écologiques du territoire s’en trouvent désormais dégradées de manière inquiétante.

La Région Occitanie / Pyrénées-Méditerranée s’est fortement mobilisée dans la préservation de la biodiversité: le territoire régional issu de la réforme territoriale constitue un ensemble unique en France. Cette mobilisation s’exprime notamment par l’existence de stratégies régionales pour la biodiversité et par les outils de protection et de gestion des milieux naturels mis en place : 8 parcs naturels régionaux (23% du territoire régional), 13 réserves naturelles régionales et 2 Schémas Régionaux de Cohérence Écologique (SRCE).

Quelques chiffres qui soulignent l’urgence à agir

Comme l’a à nouveau souligné le rapport Planète Vivante publié par le WWF fin 2016, plus de la moitié des vertébrés ont disparu en quarante ans à l’échelle mondiale. Ce constat doit être couplé à un chiffre tout aussi alarmant : l’empreinte humaine ne cesse d’augmenter, nous consommons 60% de plus que ce que la planète peut produire de manière durable. Il faudrait ainsi 1,6 planète pour satisfaire les besoins de l’Humanité. En 20 ans, le monde a perdu 10% de ses espaces naturels, c’est l’équivalent d’un pays comme l’Inde qui s’est artificialisé.